Monday 17 Jun 2024 - 12:00

10:24 am

Visitors:
Online:

L'école officielle, planche de salut aux parents incapables de payer les frais de scolarité des établissements privés

L'école officielle, planche de salut aux parents incapables de payer les frais de scolarité des établissements privés
Vendredi 04 Octobre 2013 à 10:42
#


Share on facebook Share on twitter Share on email Share on print More Sharing Services 0


  Enquête rédigée par Imane Salameh


Traduite par Elissar Naddaf

ANI - Une nouvelle année scolaire commence au Liban, notamment à Saida, dont les habitants sont affectés par la situation économique et par l'inflation monétaire qui constitue désormais un lourd fardeau.

Cette détérioration économique, qui prend à chaque fois un aspect différent, ne tient pas compte du pouvoir d'achat du citoyen ni de sa capacité à assurer à ses enfants les livres scolaires ou même de supporter la hausse des frais de scolarité, sans oublier les transactions effectuées par les écoles et les librairies à ce niveau.

L'école officielle est devenue alors le seul refuge des citoyens qui fuient la cherté des frais de scolarité et de la fourniture, les livres des écoles officielles étant presque gratuits contrairement à ceux des établissements privés .

Le président de la zone pédagogique au sein du ministère de l'Education à Saida Bassem Abbas a affirmé que l'inspection pédagogique suit cette affaire de près à travers des contacts permanents avec les directeurs des écoles officielles et les comités des parents en vue d'assurer les besoins nécessaires notamment les livres des petites sections.

A propos des réfugiés syriens et la répercussion de leur présence au Liban sur le secteur officiel, M. Abbas a clarifié que "la situation au Sud en général et à Saida en particulier était sous contrôle et que le réseau scolaire de Saida a réglé les différents problèmes pédagogiques pour garantir la réussite de l'année scolaire, en collaboration avec les forces de sécurité et les municipalités.

Il a par ailleurs souligné la présence de comités de contrôle issus du ministère.

Le secteur privé
Le directeur du lycée privé Saint Joseph Al Zouhour , Siham Samia, a qualifié les comités des parents d'"oeil du ministère" qui contrôle et demande des comptes car ces derniers constituent le trait d'union entre le ministère et le collège.

Selon lui, la hausse des frais de scolarité se fait conformément aux lois promulguées par l'Etat mais que les parents sont, la plupart du temps, insatisfaits de cette augmentation.

"Nous sommes en train de discuter de cette affaire avec le comité des parents pour parvenir à une solution qui puisse satisfaire toutes les parties entre autres l'échelonnement des frais de scolarité" a-t-il ajouté.

M. Samia a indiqué que cette hausse était due à l'absence de contrôle.


La secrétaire du conseil administratif des collèges des Makased, Hana Halabi, a souligné, pour sa part, que la hausse des frais de scolarité allait de pair avec la hausse des salaires et les frais des équipements technologiques. Selon Mme Halabi, la seule issue au problème reste l'échelonnement des frais de scolarites sur toute l'année.


A propos des réfugiés syriens, elle a souligné que le collège a ouvert ses portes à 70 étudiants syriens leur assurant une classe spéciale et de nouveaux enseignants .


"Cette classe n'est évidemment pas dotée des moyens technologiques que nous utilisons d'habitude dans nos établissements scolaires" a-t-elle expliqué.


La hausse des frais de scolarité varie d'un collège à l'autre. Le citoyen qui doit faire son choix selon ses capacités a opté pour le collège officiel, seule planche de salut pour sauver ses enfants de l'ignorance et de l'analphabétisme dans ce monde technologique.

==========E.N.G

تابعوا أخبار الوكالة الوطنية للاعلام عبر أثير إذاعة لبنان على الموجات 98.5 و98.1 و96.2 FM

  • NNA Services
  • Email Service
  • Mobile App
  • Responsive Website