Liban – Vatican : Le pape confirme à Aoun sa venue au Liban, toujours sans fixer de date

ANI - Le pape François a confirmé lundi au président libanais, Michel Aoun, qu'il a reçu au Vatican, sa venue au Liban, mais une nouvelle fois sans en préciser la date. 

 

"Le Liban occupe une place particulière dans mes prières et mes préoccupations, et je m'y rendrai pour y renouveler l'espérance", a déclaré le pape François.  

Le pape a exprimé sa tristesse quant « aux conditions économiques et sociales difficiles  qui prévalent au Liban », ajoutant que les Libanais, chrétiens et musulmans, ne doivent absolument pas renoncer à leurs valeurs fondées sur le respect. Il a indiqué qu’il est impératif de préserver la présence chrétienne au Moyen-Orient,  et de sauvegarder le vivre ensemble au Liban. Le Saint-Père a affirmé qu'il essaye « de préserver le Liban, que le Saint-Siège a toujours considérée comme un message et un modèle ». Le pape a fait part au président Aoun de son insistance "plus que jamais", comme il l'a exprimé à plusieurs reprises, à se rendre au Liban "pour raviver l'espoir en lui". Il a déclaré : « Bientôt, je visiterai le Liban. C'est une décision que j'ai prise, car le Liban, malgré tout, reste un modèle pour le monde ». 

Le Vatican évoque une rencontre "cordiale" d'une "trentaine de minutes" entre le président libanais et le Saint-Père, durant laquelle "les bonnes relations diplomatiques" entre le Liban et le Vatican ont été soulignées, à l'occasion de leur 75ème anniversaire.  

Pour sa part, le président Aoun a remercié le pape de l'avoir reçu, "surtout en cette situation délicate au niveau international en général et en Europe en particulier, en raison des répercussions de la guerre en Ukraine". 

 

Aoun a rappelé, de son côté, que "le Liban traverse une période difficile, mais il la surmontera par la volonté de ses citoyens rassemblés". "Nous ne voulons pas que le Liban paye le prix de ce qui se passe dans la région et, grâce à votre bénédiction et à la détermination des citoyens à redresser le pays, le Liban n'est pas laissé à son sort", a ajouté le chef de l'Etat. 

 

Il l'a également remercié pour son "grand amour pour le Liban, qu'il a montré à plus d'une occasion, notamment en consacrant une journée entière à la prière et à la réflexion pour le Liban au Saint-Siège le premier juillet dernier", et pour avoir dépêché à Beyrouth le secrétaire d'Etat, le cardinal Pietro Parolin, et le secrétaire aux Relations entre les Etats, Mgr Paul - Richard Gallagher en moins d'un an au Liban "pour se tenir aux côtés du peuple libanais dans les circonstances difficiles qu'il traverse" 

"Les Libanais réservent à Votre Sainteté les meilleures expressions de gratitude et d'appréciation pour votre soutien aux conditions du Liban et votre solidarité avec son peuple pendant la série de crises sans précédent qu'il traverse », a-t-il dit, ajoutant qu’ils (les Libanais)  n'oublient pas l'aide en nature et en espèces que le Saint-Siège leur fournit directement ou par l'intermédiaire d'institutions et d'associations ecclésiales, en particulier aux éleves et étudiants libanais.  

 

Le président Aoun a souligné "l'importance de l'attention que Sa Sainteté attache au suivi de la situation libanaise et aux efforts du Saint-Siège visant à renforcer la stabilité au Liban et lui permettre de rejouer son rôle dans son environnement et dans le monde". Il a estimé que "le Liban souffre beaucoup, et il a désespérément besoin de votre Sainteté pour continuer à le soutenir. Il traverse une étape difficile, mais il sera inévitablement vaincu par la volonté collective  des Libanais". 

 

Le président Aoun a discuté avec le Saint-Père de la situation au Moyen-Orient en général et de la situation au Liban en particulier, et des facteurs qui ont contribué à l'exacerbation des crises qui ont culminé à la suite de décennies de mauvaise gestion financière, et des répercussions du déplacement syrien , à un moment où les pays occidentaux leur fournissent une aide et en excluent les aux Libanais, ce qui a contribué à l'accumulation de charges sur le Liban, en plus de la propagation de la pandémie de Covid- 19 et de l'explosion du port de Beyrouth. 

 

 « Nous avons récemment assisté à une vague massive d'émigration vers l'étranger, affectant les élites du pays », a déploré Aoun, ajoutant que l’émigration constitue une menace pour l'identité et le pluralisme au Liban et contribue à affaiblir la présence chrétienne en Orient». 

 

L’entretient avec le souverain pontife a également porté sur l’action du Liban en faveur de l’élaboration d’un plan de redressement. 

Aoun a souligné que "les Libanais, chrétiens et musulmans, souffrent des conséquences des crises, et ils sont déterminés ensemble à les vaincre", demandant au Pape de « continuer à soutenir le Liban au sein des plateformes internationales et régionales », 

 

Il a renouvelé au pape l'invitation officielle à se rendre au Liban, qu'il lui avait précédemment adressée, affirmant: « Le Liban souffrant attend avec impatience votre visite, comme preuve vivante de sa résurrection. Votre Sainteté a visité la majorité des pays de la région à l'exception du Liban, et nous espérons que votre visite sur notre terre se réalisera dans les plus brefs délais". 

 

Le président Aoun s’est ensuite entretenu avec le cardinal Pietro Parolin, en présence de Mgr Gallagher, au sujet de la situation difficile actuelle au Liban et la région et les moyens de consolider les relations bilatérales dans divers domaines de coopération. 

   

 

Lors de la rencontre avec le cardinal Parolin, le président Aoun a présenté la situation au Liban, soulignant que « le pays continue à achever tous les éléments du processus de redressement, peu importent les obstacles, d'où l'importance de tenir les échéances constitutionnelles à temps, dont la plus proche est celle des élections législatives de mai prochain." 

  

Aoun a souligné qu'"il est temps que tout le monde, en particulier ceux qui prennent le Liban comme plateforme de leurs intérêts, soient convaincus que le Liban doit retrouver son rôle de pont de rencontre, et qu'il n'est pas une source de crises". 

 

 « Il impute à la communauté internationale la responsabilité de remplir ses devoirs dans la préservation d'une patrie reconnue par tous, d'autant plus que les crises du Liban sont imbriquées et complexes entre des causes internes et affectées par les tempêtes des conflits voisins et leurs conséquences parfois dévastatrices", a-t-il dit. 

  

Il a réitéré « l'importance du rôle chrétien dans la région arabe et dans le monde ». Il a indiqué que « le Liban ne peut supporter le fardeau des déplacés syriens d'autant plus que plusieurs zones syriennes sont désormais en sécurité, à l’ombre du silence et de l'indifférence du monde." 

 

Il s’est attardé sur « les répercussions économiques, financières et sociales de leur présence continue sur le sol libanais et la crainte que leur présence ne modifie l'équilibre démographique de la composition libanaise ou même l'identité du Liban ». 

 

 

 

De son côté, le cardinal Parolin a remercié le Président Aoun pour l'accueil qu'il lui a réservé le jour de sa visite au Liban, en tant que délégué du Pape, suite à l'explosion de Beyrouth, et pour avoir reçu récemment Mgr Gallagher. 

 

 « J'ai lu avec beaucoup d'intérêt le mémorandum que vous avez remis à Monseigneur Gallagher, et nous affirmons de concert que le Liban doit rester un pays libre, indépendant et souverain, et le Saint-Père recommande toujours la nécessité de la coexistence dans ce pays et que « la stabilité au Liban est indissociable de celle de la région ». 

  

En réponse à la proposition du président Aoun que le Saint-Siège soutienne la création d'un fonds national pour le Liban en coopération avec le Programme alimentaire mondial "PAM", le cardinal Parolin a exprimé la compréhension du Saint-Siège de la proposition, indiquant: "Nous allons l’étudier avec intérêt et positivité." 

  

Il s'est félicité de l'affirmation du président Aoun selon laquelle les élections législatives se tiendront à temps, déclarant : "Nous avons de nombreuses raisons de nous tenir à vos côtés, ce que Sa Sainteté le Pape a souligné à plus d'une occasion". 

 

 

=======N.A.

تابعوا أخبار الوكالة الوطنية للاعلام عبر أثير إذاعة لبنان على الموجات 98.5 و98.1 و96.2 FM

  • NNA Services
  • Email Service
  • Mobile App
  • Responsive Website