Friday 19 Jul 2024 - 12:00

07:46 am

Visitors:
Online:

Khan el franj à Saida: un espace timide qui se transforme en auberges et en salles d'exposition

 
Enquête rédigée par Iman Salameh


Traduite par Elissar Naddaf

 

ANI - Khan el franj est une histoire racontée aux touristes et aux visiteurs libanais curieux d'en connaître les mystères patrimoniaux et archéologiques.
 


Le khan occupait auparavant un espace timide puis il a pris avec le temps sa forme actuelle durant le mandat de l'émir Fakhreddin II qui lui a attribué ce nom par rapport aux français qui s'y rendaient de temps à autre pour effectuer des échanges commerciaux.


L'édification du khan a commencé au XVII eme siècle à l'époque de l'émir Fakhreddin II qui a construit un château , un pont, une salle de bain et un khan pour recevoir les délégations arabes et occidentales qui proviennent du côté maritime et pour améliorer par conséquent la situation économique.



en 1600, le pacha de Damas est arrivé à Saida à travers la mer pour annoncer officiellement le mandat de l'émir Fakhreddin à Saida et son entourage.


Selon certaines sources, le khan était utilisé comme centre d'échange commercial avec la France et un lieu de résidence pour ses commerçants notamment ceux qui proviennent de Marseille.



En 1971, et pour la première fois lors du mandat de Ahmad Pacha Jazzar à Saida, les commerçants français ont évacué le khan pour l'utiliser par la suite comme caserne militaire lors de la campagne de Napoléon Bonaparte contre l'Egypte.


En 1802, les commerçants français ont été autorisés de nouveau à utiliser le khan après leur retour des batailles. Mais un énorme incendie s'est déclenché au khan causant la destruction totale de sa partie sud ouest.



Le khan fut restauré sous la supervision du consul français.

Il a été endommagé plusieurs fois par les vagues maritimes et les tremblemenst de terre.


Les bombardements des flottes autrichienne et anglaise qui ont eu lieu en 1840 ont touché le khan et lui ont causé d'énormes dégâts qui n'ont été réparés qu'en 1881. Les travaux de restauration ont pris fin en 1893.



Après la restauration, le khan a été transformé en couvent pour les religieuses et en un orphelinat. Actuellement, le khan est occupé par l'ancien consul français et comprend également une église.


Le wakf islamique a récupéré la propriété de ce khan qui était offert aux français par l'émir Fakhreddin qui a pu par la suite s'entendre avec les français sur la nécessité de profiter de ce khan en signant un contrat de location à prix symbolique avec une partie libanaise pour l'utiliser au service de l'être humain et du citoyen libanais.



L'institution Hariri était la première à signer ce contrat en 1992. L'institution a restauré le khan, lui a donné sa forme initiale et a renforcé son infrastructure.


Khan el franj se situe actuellement sur une surface de 58 m2 . Il comprend deux portes d'entrée et de sortie et deux étages. Le rez-de-chaussée est formé de Trente six chambres utilisées comme dépôts pour les commerçants français. Le premier étage comprenait 50 chambres pour l'hébergement des commerçants français et arabes qui sont devenues actuellement des auberges destinées aux délégations touristiques et culturelles, Les autres salles étant utilisées comme salles d'exposition .



Le bureau du ministère du Tourisme au sein du khan aide les touristes à s'informer de l'histoire de ce site et des différentes cultures . L'association "Amana", appuyée par l'institution Hariri, aide la femme à profiter de ses talents dans le domaine du tricot et de la broderie .


Le Liban et ses institutions sont appelés à sauvegarder les ressources naturelles du pays .



===========E.N.G 

تابعوا أخبار الوكالة الوطنية للاعلام عبر أثير إذاعة لبنان على الموجات 98.5 و98.1 و96.2 FM

  • NNA Services
  • Email Service
  • Mobile App
  • Responsive Website