Saturday 22 Jun 2024 - 12:00

03:24 am

Visitors:
Online:

Le Pape à la rencontre des déplacés du Soudan du Sud

ANI - 

Le pape François doit rencontrer samedi des déplacés internes au Soudan du Sud, après avoir exhorté ses dirigeants à "un nouveau sursaut" en faveur de la paix dans un pays déchiré par les luttes de pouvoir et l'extrême pauvreté.

Accompagné des chefs des Eglises d'Angleterre et d'Ecosse, représentants des deux autres confessions chrétiennes du plus jeune Etat du monde, François a estimé vendredi que le "chemin tortueux" de la paix ne pouvait "plus être reporté", lors d'un discours très politique devant les autorités dans la capitale Juba.

De 2013 à 2018, ce pays de 12 millions d'habitants a été en proie à une guerre civile sanglante entre les partisans des deux leaders ennemis Salva Kiir et Riek Machar, qui a fait 380.000 morts.

Samedi matin, le souverain pontife s'est exprimé devant les évêques, prêtres et religieux catholiques à la Cathédrale Sainte-Thérèse.

Arrivé en fauteuil roulant au milieu des chants, le pape a demandé aux religieux de "marcher au milieu de la souffrance et des larmes" et de "se salir les mains pour les gens". Malgré un accord de paix signé en 2018, les violences perdurent et le pays comptait en décembre 2,2 millions de déplacés internes, en raison des conflits et des inondations, selon les derniers chiffres publiés par l'organisme onusien OCHA. Samedi après-midi, le pape argentin, très attaché à la défense des migrants, s'adressera à certains d'entre eux lors d'une rencontre.

Quelque 4.000 personnes se sont rassemblées, selon les autorités, très tôt pour attendre le souverain pontife dans la cour de la Cathédrale Sainte-Thérèse, beaucoup agitant des drapeaux nationaux et lançant des youyous, dans une ambiance festive.

"Nous sommes venus ici pour recevoir ses bénédictions. Tout est question de paix. Le pape François n'arrive même pas à marcher, mais il vient quand même ici pour encourager nos dirigeants", a déclaré à l'AFP John Makuei, 24 ans. "Je suis tellement heureuse", a déclaré Adongpiny Harriet, 36 ans, essuyant la sueur qui perlait sur son visage après avoir dansé à l'extérieur de la cathédrale: "c'est la première fois que je vois le pape dans mon pays. Je me sens tellement privilégiée".En fin de journée, François prononcera son  troisième et dernier discours du jour à l'occasion d'une prière œcuménique aux côtés de l'archevêque de Canterbury Justin Welby, chef spirituel de l'Eglise anglicane, et de Iain Greenshields, personnalité la plus importante de l'Eglise d'Ecosse.

"Assez de destructions" 

Vendredi, le pape n'a pas mâché ses mots devant la classe politique de ce pays aux 60 groupes ethniques, où sévissent la misère et la famine. "Les générations futures honoreront ou effaceront la mémoire de vos noms en fonction de ce que vous faites maintenant", a prévenu le pape de 86 ans, conscient de ses mots "francs et directs". Ce "pèlerinage de paix" est la toute première visite papale au Soudan du Sud depuis que la nation à majorité chrétienne a obtenu son indépendance du Soudan en 2011.

L'Eglise joue un rôle de substitution dans des zones sans aucun service gouvernemental et où les humanitaires sont souvent attaqués, voire tués. L'ONG Human Rights Watch a appelé vendredi les dirigeants religieux à faire pression sur les dirigeants du Soudan du Sud pour "régler la crise actuelle des droits humains dans le pays et l'impunité généralisée". "La visite du pape arrive à point nommé et renforcera les efforts régionaux. Nous appelons les dirigeants et le peuple du Soudan du Sud à tenir compte de son appel à une paix et une stabilité durables", a écrit dans un tweet Workneh Gebeyehu, secrétaire exécutif de l'IGAD, alliance régionale regroupant des pays d'Afrique de l'Est, dont le Soudan du Sud.

Après sa rencontre avec le pape, Salva Kiir a annoncé dans un décret qu'il graciait 71 prisonniers, dont 36 condamnés à mort, mais sans donner davantage de détails. En 2019, un an après un accord de paix, François avait reçu les deux frères ennemis au Vatican et s'était agenouillé pour leur embrasser les pieds en les suppliant de faire la paix, un geste symbolique fort qui avait marqué les esprits. Ce déplacement fait suite à une visite de quatre jours à Kinshasa.

Le pape y a condamné les "atroces cruautés" perpétrées dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), où les exactions de groupes armés ont tué des centaines de milliers de personnes et jeté des millions d'autres sur les routes. Initialement prévue à l'été 2022 puis reportée, cette visite est la 40e du pape argentin à l'étranger depuis son élection en 2013, et la troisième en Afrique subsaharienne.

 

AFP

 

تابعوا أخبار الوكالة الوطنية للاعلام عبر أثير إذاعة لبنان على الموجات 98.5 و98.1 و96.2 FM

  • NNA Services
  • Email Service
  • Mobile App
  • Responsive Website