Les sauterelles, des visiteurs indésirables qui s'effaceront avec la baisse des températures

Samedi 16 Mars 2013 à 15:01 Economie
Enquête de Rima Youssef;
Traduite de l'arabe par Sanaa Nehmé


ANI - Dès les premières lueurs de l'aube, une information a fait ravage au Liban : des essaims de sauterelles ont été détectés à Tripoli, au Akkar, à Tyr, à Dbayeh, à Adonis...



"Il ne nous manquait plus que ça!" ont répété à l'unanimité les Libanais, ce samedi, sur les réseaux sociaux.



Certains se sont rappelés de l'invasion, durant les deux guerres mondiales, où le nombre de sauterelles atteignait alors les 100000 par kilomètre et dévorait mille tonnes de plantes vertes par jour, quantité suffisante pour nourrir 500000 personnes pour une année entière.



Mais, la situation aujourd'hui est différente et ne nécessite pas toute cette vague de panique.



Dans un entretien accordé à l'Agence nationale d'Information ce matin, le directeur général du ministère de l'Agriculture, Louis Lahoud, a clarifié que le ministère s'est mobilisé, à l'écoute de cette nouvelle.



"Pas besoin de paniquer puisque le ministère est parfaitement prêt et équipé," a-t-il précisé.



Pour sa part, le directeur de la richesse animale au sein du ministère de l'Agriculture, Mohammad Abou Zeid, a maintenu que la présence de sauterelles au Liban est due au vent chaud qui a soufflé dans le pays, ça fait déjà quatre jours, emportant ainsi un nombre de ces insectes du Sud au Nord.



"C'est pourquoi, ce phénomène ne fait pas peur et ne pose aucun danger sur les agricultures," a-t-il ajouté.



M. Abou Zeid a souligné que la chambre d'opérations du ministère, présidée par le chef de la section concernée par les sauterelles, Imad Nahal, est à la disposition des citoyens pour recevoir des appels à ce sujet; et que les fonctionnaires du ministère effectuent des tournées d'inspection dans les régions touchées pour préciser s'il y a de quoi craindre cette invasion.



"Les sauterelles dangereuses sont celles qui éclipsent la lumière du soleil, et, aujourd'hui, ce n'est pas le cas," a conclu M. Abou Zeid.



Le président du conseil administratif des recherches scientifiques agricoles, Michel Ephrem, de renchérir : "les conditions météorologiques que connaîtra le Liban dans les prochaines heures élimineront les sauterelles".



"Le nombre de sauterelles au Liban reste très réduit et ne pose pas de danger; de toute façon le ministère s'est mobilisé et s'est mis à la disposition des citoyens," a-t-il dit.



Finalement, le spécialiste de l'environnement, Wilson Rizk, a, de son côté, noté que les sauterelles ont besoin de températures élevées pour proliférer.



"Si jamais leur nombre augmente, on aura recours à la pulvérisation de pesticides par des avions," a-t-il signalé, ajoutant que chaque type de sauterelles a son propre pesticide.



"Ainsi, on s'en débarrassera définitivement," a-t-il dit, mentionnant que les températures élevées et la basse humidité constituent deux facteurs favorables à la migration de sauterelles dans un pays.



Donc, pas besoin de paniquer.



Les basses températures des prochaines heures garantiront la disparition des sauterelles... dans un espoir que, peut-être, les Libanais se réveilleront enfin dans le calme demain, sans de nouvelles surprises qui les fassent tomber des nues...

Suivez les nouvelles de l'Agence Nationale de l'Information sur les ondes de Radio Liban 96.2, 98.1 et 98.5 FM

  • Nos Services
  • Service d'email
  • Application Mobile
  • Site Web réactif